Des dim sums à la hongkongaise?

Publié le par Mam'en Vadrouille

Bonjour bonjour,

 

Aujourd'hui, petite ballade culinaire à la Julie Andrieu.

Nous avons eu la chance avec le Mari et Poupette, alors que j'attendais P'tit Bouchon, de pouvoir aller à Hong Kong : l'un des frères du Mari a passé 18 mois là bas avec femme et enfants, et c'était l'occasion de faire un beau voyage tout en "visitant" la famille. On a adoré cette ville et son ambiance si étonnante : en 15 minutes de voitures, tu passes du centre grouillant qui ressemble à NY ou à la City pour te trouver en pleine montagne ou au bord de la mer. Le dépaysement est total, avec le quartier chinois qui ne s'arrête jamais, des temples au milieu des buildings, des mauls impressionnants... Tu alternes sans cesse entre Asie et Occident, traditions et modernité : faut voir l'architecture des buildings, c'est incroyable! Et en dessous, tu as les canards pendus tête en bas, les serpents séchés...  C'est assez étonnant comme impression, mais on a adoré (il faudrait que j'en reparle plus tard).

On a découvert là bas les dim sums. Kesako? Il faut savoir que la cuisine chinoise ne se limite pas au canard laqué, au riz cantonais et aux raviolis vapeur : chaque région a ses spécialités, avec des modes de cuisson, des ingrédients, des recettes, des épices, des saveurs... différents. Une variété gustative super agréable quand on aime la bouffe autant que le Mari et moi! Les dim sum sont donc une spécialité cantonnaise, dégustée traditionnellement lors de la cérémonie du thé. Il s'agissait initialement de petites pâtisseries qui se mangeaient sans faim. Et le terme s'est généralisé pour désigner des bouchées cuites à la vapeur ou grillées. Alors, pas celles qu'on emporte chez le Chinois du coin, qui sont pâteuses et bien fat. Non, ce sont des sortes de raviolis fourrés à la viande, au poisson, aux légumes... Par je ne sais quelle technique, le jus de cuisson est inséré dans les bouchées, donc quand tu croques ton dim sum, tu as la bouche envahie de sensations et de saveurs auxquelles tu ne t'attends pas.  Un délice! 

Beau Frère et Belle Soeur chéris nous ont emmenés dans un resto traditionnel de dim sum. Le spectable commence dès l'accueil, sur lequel donne la cuisine : c'est incroyable de voir comment sont fabriqués ces bouchées. Il faut avoir la main légère sur la pâte et en même temps suffisamment ferme pour qu'elle soit bien hermétique à la cuisson. Chaque personne a un rôle bien défini, interdit de faire autre chose : qui fait la pâte, qui insère la viande, qui s'occupe du bouillon, de la cuisson... Un ballet bien orchestré. Ensuite tu arrives dans la salle du restaurant et là, tu te retrouves dans une cantine qui ne paie pas de mine, un truc immense avec je ne sais pas combien de tables, un brouhaha incessant, des serveurs débordés... Tu t'assieds, on te sert un thé au jasmin et tu choisis ce que tu veux. Bon, déjà, le choix est compliqué, il y a tellement de dim sum différents que tu as envie de tout goûter. L'avantage d'y aller à plusieurs : tu peux taper dans le panier vapeur de ton voisin! Mais le must, c'est d'appeler les serveurs, qui déambulent avec un charriot rempli de ces petites choses, qui ôtent les couvercles pour que tu vois à quoi ça ressemble et qui te permettent de faire ton choix en live. Je peux te dire qu'on s'est gavé : quel bonheur de picorer ces "tapas" asiatiques, qui changent tellement de l'image qu'on a du ravioli ou du vapeur chinois! Je garde un souvenir ému du dim sum au lait de coco et aux truffes et de celui à la crevette et aux épices.

dim-sum.jpg

Bon appétit :-)

En revanche, désolée, mais je ne me souviens plus du nom de ce resto. Je sais qu'il est dans tous les guides de voyage en revanche.

 

Et donc en revenant en France, notre obsession de regoûter ces petites gâteries ne nous a pas quittés. Jusqu'à ce qu'on apprenne que dans notre quartier de bobos (avant qu'on passe le périph, quoi...), s'ouvrait le 1er resto de dim sum de Paris : Yoom. Aussitôt ouvert, aussitôt testé. Ambiance complètement différence de celle qu'on avait découverte en revanche : déco kitscho - asiatique, vaisselle ultra colorée (les petites assiettes Mao, j'adore!), miroirs au mur, briques au mur, grandes tables en bois, lanternes chinoises, couleurs turquoise / marron, finalement plus loft NY que cantine HK. Mais ça colle bien avec l'ambiance bobo du quartier!

Au niveau de l'assiette, pas mal de choix de dim sum, grillés ou vapeurs très parfumés et légers, de crèpes gluantes (assez particulier au 1er abord mais finalement délicieuses) On a retrouvé des saveurs et des odeurs : le boeuf au gingembre est top, j'aime beaucoup les bouchées aux champignons, et les dim sum du mois sont toujours une bonne surprise. Evidemment, ils n'ont pas la même finesse que ceux qu'on a découvert à HK et sont moins "authentiques", mais ça vaut quand même le détour. Servis par 2 ou 3 dans des paniers vapeurs,  on peut en goûter plusieurs et faire des piles de panier. Le service est très sympa, et leurs boules de riz gluantes au sésame noir qui baignent dans le lait de coco et le gingembre (le dessert, quoi!), sont une tuerie.

Concernant les prix, le menu du déjeuner reste accessible : pour 14,90€, tu as une salade avec une sauce miel vinaigre à tomber, du riz sauté aux champignons noirs et haricots verts et un assortiment "découverte" de 6 dim sums. Dès que tu sors du menu, c'est quand même plus cheros : compter entre 5 et 7€ les 2 ou 3 pièces. Comme c'est très bon, tu veux tout prendre et ça te plombe ton adition, évidemment!

Alors, une bonne adresse à recommander pour changer du Chinois du coin et découvrir de nouvelles saveurs!

 

Surfant sur leur succès, je sais qu'un livre est sorti "Dim sum comme à Hong-Kong" et qu'une seconde adresse s'est ouverte quartier St Germain. Mais je reste fidèle au Yoom de la rue des Martyrs. Et comme je bosse à environ 3 minutes à pied, je peux te dire que c'est un peu devenu notre QG quand on veut se sortir la tête du boulot et dauber (un peu) sur les collègues : parfois, ça fait du bien!

Yoom :

20 Rue des Martyrs 75009 Paris (métro ND de Lorette)

01 56 92 19 10 (réservation plus que conseillée, cette adresse cartonne chez les bobos du IXème!)

Page FB : https://www.facebook.com/#!/pages/YOOM/103159519749022

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Au resto

Commenter cet article